Photo de classe


Quelques jours après la rentrée des classes, on procède à la traditionnelle photo de classe.
La semaine suivante, l’institutrice essaie évidemment de persuader les enfants d’en acheter une chacun :
« Pensez un peu à l’avenir. Vous serez bien content dans quelques années, quand vous serez grands, de vous dire en regardant la photo :
– Tiens, là c’est Julie, elle est médecin maintenant…
Ou encore :
– Là c’est Kévin, il est ingénieur… et
– Là, c’est Amélie elle est manucure… »
A ce moment là, une petite voix se fait entendre du fond de la classe :
– Et là, c’est la maîtresse, Mme Planchon, elle est morte.

Evénement inhabituel


A l’école, la maîtresse demande aux élèves de raconter un événement inhabituel qui leur est arrivé récemment.
Plus tard, elle demande à quelques élèves de lire leur texte.
Toto se lève et commence :
– La semaine dernière, papa est tombé dans le puits au fond du jardin.
– Doux Jésus ! s’exclame la maîtresse, il va bien au moins ?
– Je suppose, répond Toto. Il a arrêté d’appeler à l’aide hier.

École de police


C’est un policier qui interroge 3 blondes aspirant à devenir enquêtrices…
Il les teste pour savoir quel point elles sont physionomistes.

Il montre une photo 5 secondes à la première et la cache puis il lui dit :
 » C’est un suspect, comment tu fais pour le reconnaître ?  »
La blonde répond :
 » C’est facile, on l’attrapera vite, vu qu’il n’a qu’un oeil.  »
Le policier répond :
 » Ben.. heu… c’est sur, mais c’est surtout que la photo est prise de profil !  »
(La vache… elle est grave celle-la.)

Un peu désabusé, il montre la photo à la deuxième blonde, puis la cache et :
 » C’est un suspect, comment tu fais pour le reconnaître?  »
La blonde répond :
 » C’est vraiment trop facile…il n’a qu’une oreille.  »
Le policier devient à moitie fou et répond :
 » Mais p’tain qu’est-ce que vous avez toutes !! C’est sur qu’il a qu’une oreille, c’est une photo prise de profil je viens de le dire !!!!!  »
Passablement découragé il montre la photo à la troisième blonde, la cache et lui dit sur un ton qui nous ferait tous pitié :
 » C’est un suspect, comment tu fais pour le reconnaître ?..  »
il rajoute :
 » réfléchis bien avant de me dire une connerie… « 

La blonde réfléchit donc… puis répond :
 » Hum… c’est facile, il porte des verres de contacts !!  » .
Le policier surpris n’en revient pas… merde alors…il en sait rien du tout si ce suspect porte ou non des verres de
contact…
alors il se casse et va vite fouiller dans ses fichiers et revient. Il dit :
 » Punaise… j’en reviens pas… C’est VRAI !! Il porte bien des verres de contact !! Comment as-tu fais ??  »

La blonde répond calmement :
 » Ben c’est simple, il ne peut pas porter de lunettes, vu qu’il n’a qu’un oeil et qu’une oreille. »

Définition de tragédie


Le Président George Bush en visite dans une école élémentaire…
L’instituteur convie son illustre visiteur a diriger le cours,
dont l’objet porte sur la définition du mot « Tragédie ».
Le Président s’installe de bon gré au bureau et demande à son
jeune auditoire de lui donner un cas d’emploi de « Tragédie ».

Un garçonnet se lève et prend la parole :
– Si mon meilleur ami joue dans la rue et qu’à ce moment arrive
une voiture qui l’écrase, c’est une tragédie.
– Non ! C’est un ACCIDENT…

Une fillette lève le bras :
– Si le bus scolaire qui transporte 50 enfants tombe dans le ravin
et que tout le monde il est mort, et ben, ça se serait une
tragédie !
– Je crains fort que non, explique le Président, il s’agirait là
de ce que nous appelons une « GROSSE PERTE ».

Silence dans la salle de classe. Pas d’autre enfant volontaire…
Le Président Bush scrute la pièce…

Un mioche tout au fond se lève enfin, et d’une toute petite voix
déclare:
– Si l’avion Air Force One, transportant Monsieur et Madame Bush
était touché et pulvérisé par un missile lancé par un terroriste
comme Osama bin Laden, par exemple, ce serait une tragédie.
– Voilà ! Fantastique ! s’exclame Bush. Et dis-moi pourquoi ça ce
serait une TRAGEDIE ?
– Ben, tout simplement parce que ce ne serait ni un accident, ni
une grosse perte…

France contre Suisse


C’est dans une école à la frontière franco-suisse, l’institutrice dit qu’elle est fan de l’équipe de France et demande aux fans de l’équipe de France de lever la main.

Pour faire comme la jolie institutrice, tous les élèves lèvent la main, sauf une.
« – Bah alors, Emilie, tu n’es pas fan de l’équipe de France ? » demande l’institutrice.
« – Non », répond Emilie, « je suis fan de l’équipe suisse »
« – Ah bon ? » Demande l’institutrice, « et pourquoi ? ».
« – Parce que mes parents sont fans de l’équipe suisse, donc je suis fan de l’équipe suisse » répond la petite fille.

L’institutrice veut donner une leçon à la fille et dit
« – Et si tes parents étaient des imbéciles finis, tu serais quoi ? »
Là, la petite Emilie répond
« – Je serais fan de l’équipe de France ».

Profession si honteuse?


Un nouveau professeur fait son entrée dans la classe et demande tour à tour à ses élèves le métier de leur père.
Le premier : Je m’appelle Jérôme et mon père est plombier.
Le second : Je m’appelle Nicolas et mon père est électricien.
Le troisième : Je m’appelle Fabrice et mon père est gogo-dancer dans une discothèque homo.
Le professeur, gêné, juge alors bon de changer de sujet.

Plus tard, à la fin du cours, il fait sortir tous les élèves et sauf Fabrice qu’il prend à part.
– Dis-moi, mon petit, ça ne te pose pas de problèmes le métier que fait ton père ?
– Si justement ! J’ai tellement honte de ce qu’il fait que je n’ai pas osé avouer son vrai métier.
Le professeur reste interloqué.
– Mais que fait réellement ton père ?
– Bah… il est joueur de foot dans l’équipe de France…

Photo de Classe


Une maitresse veut inciter les enfants de sa classe à acheter la photo de classe, pour celà, elle leur dit :
– Quand vous serez plus grands, quand vous regarderez la photo et vous pourrez vous dire : « Tiens, là c’est Justine, elle est medecin maintenant ! Et là, c’est Anthony, il travaille dans l’éléctronique ! »
Une petite voix se fait entendre au fond de la classe :
– Et là, c’est la maitresse, Mme Durand, maintenant elle est morte !

Maxime à l’école


A l’école, la maîtresse demande aux élèves de raconter un évènement inhabituel qui leur est arrivé récemment.
Plus tard, elle demande à quelques élèves de lire leur texte.
Maxime se lève et commence :
– La semaine dernière, papa est tombé dans le puits au fond du jardin…
– Doux Jésus ! S’exclame la maîtresse, Il va bien au moins ?
– Je suppose… Depuis hier, il a arrêté d’appeler à l’aide…